Sartène l’authentique et la vallée du Rizzanese

« C’est la plus Corse des villes Corse ». Cette citation de Prosper Mérimée est affichée sur un panneau à l’entrée de la ville de Sartène. Construite à flanc d’un massif rocheux, la ville est la deuxième plus grande commune de France de par sa superficie.

Elle s’étend du Cap de Tozzino à la pointe de Roccapina. C’est une sous préfecture du département de la Corse du Sud. Niché dans la région des montagnes, il faut 14 kilomètre pour aller de Sartène à Propriano. Ce n’est pas donc une commune du littoral à proprement dit. Certains le déplorent, d’autres avancent cet argument afin de maintenir la ville dans la tranquillité de son paysage. Cependant, cette commune étant fortement étendue, elle possède des territoires sur les bords de la méditerranée dont notamment le Capu Senefosa et son grand phare. Mais ce n’est pas tout puisque on dénombre aussi deux plages qui sont Erbaju et Traticetu. On vient quand même à Sartène plus pour visiter les terres que se balader sur le front de mer.

Pour entrer dans la ville, il faut passer le pont de la Scaledda. On peut prendre alors la direction de la vieille Place Porta renommée aujourd’hui Place de la Libération. C’est le cœur de la ville. Pui, non loin de là, vous prendrez plaisir à flâner dans un dédale de ruelles sombres. Il s’agit du vieux quartier du Petraghju. Avec ses maisons et ses escaliers en pierre, ses arches, il témoigne de l’ingéniosité du temps passé pour la construction du village. Et laissez-vous emporter par la tourmente de la visite afin d’atteindre l’échauguette. Ce nom désignait au XVième siècle la sentinelle. C’est ,de nos jours,  le symbole de Sartène. Cette toute petite tour présente ici est un véritable témoignage du passé de la ville. Souvent attaquée par les barbares et les pirates d’Afrique du nord, Sartène a du apprendre à se défendre et se construire dans ce but.

Bien entendu d’autres monuments sont tout aussi intéressants à visiter : l’ancien palais génois qui se trouve à coté de la mairie date du XVIème siècle. Vous pouvez visiter un centre de la préhistoire qui a été ouvert dans l’ancienne prison.

L’église, elle, date du XVIIIème siècle et abrite de nombreux tableaux et sculptures. C’est aussi le lieu où sont rangés les chaines et le crucifix du Catennacciu.  Ce personne, « l’enchainé » ouvre la procession du vendredi saint. Les pieds liés par une chaine de plus de 14 kg, vêtu d’une robe et d’une cagoule rouge, il parcoure ainsi les ruelles de Sartène en portant sur le dos une croix en bois de plus de 30 kilos. Personne ne peut et ne pourra voir son visage aussi bien avant que pendant ou après la procession. Seule le curé le connait. Il est là suite à un vœux qu’il a pu émettre ou dans l’espoir d’expier une faute lourde qu’il a pu commettre. Ce rituel est renouvelé chaque année et ce depuis plusieurs siècles.

En s’éloignant quelque peu de la ville, on trouve deux sites qui nous font remonter le temps : Le premier est le site de Cauria. Là, deux rangés de menhir et un dolmen attendent patiemment depuis des sicèles. Ils sont la trace d’une vie spirituelle du passé. En effet, on peut noter que les menhir ont leur face tournée vers le soleil et donc la vie et le dos, lui, est coté soleil couchant, ce qui symbolise la mort.

Le deuxième endroit est celui de Palmagghiu. Dans la même lignée que Cauria, il offre en plus la plus grande concentration de menhir de tout le bassin méditerranéen. Vous pourrez observer plus de 250 mégalithes qui sont tantôt érigés verticalement tantôt couchés. Un amoncellement de pierres impressionnant qui nous remonte directement à l’époque de l’âge de bronze.

Enfin, le pays asartenais, c’est aussi celui du vin. De nombreuses caves dont certaines datant du XVIème siècle, sont présentes encore pour la vinification des récoltes engagées sur le territoire de la commune. Vous pourrez donc parcourir la route des vins à la rencontre des producteurs du terroir qui se feront un plaisir de partager leur expérience tout en vous parlant du passé de cette région viticole et de ses caves et chais encore usitées.

Loin du cliché des plages du sable fin et de la mer turquoise, Sartène vous accueille tout au long de l’année pour la découverte de son village et de ses paysages montagneux, typiques de cette Corse du Sud merveilleuse.

Localisation de Sartène

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *